Comment les chiens perçoivent les visages humains ?

How dogs see us: the perception of human faces by dogs : Huber, Ludwig ; Racca, Anais ; Yoon, Yennifer ; Pitteri, Elisa ; Virányi, Zsófa ; Range, Friederike, Messerli Research Institut, University of  Veterinary Medicine, Vienna, AUT; School of  Life Sciences, Lincoln, UK; Department of  Psychology, Standford University New York, USA; Department of  Comparative, Biomedicine and Food Science, Legnaro, ITA; Wolf  Science Center, Vienna, AUT

Une multitude d’études récentes ont mis en évidence les performances cognitives des chiens dans la lecture du comportement humain. Parmi ceux-ci, il a été constaté que les chiens domestiques s’occupent et utilisent certains indices faciaux et crâniens humains. Ils peuvent utiliser l’orientation de la tête ou la visibilité des yeux pour évaluer l’état d’attention d’une personne humaine et ils peuvent suivre la direction des yeux et de la tête pour trouver des aliments cachés. Cet exposé vise à faire un examen critique des processus perceptuels-cognitifs qui sous-tendent la capacité du chien à utiliser le visage humain comme ressource pour interagir et communiquer avec les humains, en particulier leurs partenaires humains.

Les visages humains diffèrent de manière subtile et possèdent de nombreuses caractéristiques idiosyncrasiques, ce qui constitue une riche source d’indices perceptifs. La capacité des chiens à utiliser ces indices hétérospécifiques peut avoir des influences phylogénétiques et ontogénétiques. En tant qu’espèce, ils ont été intensivement exposés aux humains par le biais du processus de domestication et, en tant qu’individus, la plupart d’entre eux vivent à proximité des humains dès leur plus jeune âge. Une exposition aussi intense aux humains peut avoir conduit les chiens à développer certaines adaptations perceptuelles et cognitives qui peuvent les aider à interagir avec leurs partenaires humains. Ces dernières années, plusieurs études – menées par des collègues ainsi que par notre propre laboratoire – ont examiné la façon dont les chiens perçoivent les visages humains, ce qui guide leur attention, les informations qu’ils extraient et les décisions qu’ils prennent au premier contact.

Par exemple, une application de la méthode du regard préférentiel a révélé que les chiens peuvent différencier les visages humains familiers et inconnus présentés en vue frontale (Racca et al. 2010). En outre, les chiens peuvent également différencier deux visages familiers (le propriétaire et un ami du propriétaire), ce qui nécessite de porter attention à des indices plus subtils. En manipulant le contenu des visages présentés, nous pourrions en outre montrer que les chiens peuvent le faire en utilisant uniquement les traits internes du visage (yeux, nez, bouche et leur configuration). Nous avons également examiné la capacité du chien à discriminer les visages de deux personnes familières par choix actif. Bien que les performances des chiens aient diminué de manière significative lorsqu’on leur a présenté des images de têtes humaines après avoir appris à distinguer les vraies têtes, et lorsque – après avoir réappris – ils ont été confrontés aux mêmes images montrant uniquement les parties intérieures des têtes, deux chiens ont obtenu de très bons résultats dans toutes les tâches (Huber et al. 2013).

Cela corrobore les conclusions de Nagazawa et ses collègues (2011), qui ont montré que les chiens peuvent différencier les visages souriants des humains des expressions neutres (humains familiers ou non), les obligeant ainsi à utiliser les traits internes du visage pour le faire. Néanmoins, comme les humains, les chiens semblent effectuer un traitement holistique du visage avec des informations configurables plutôt qu’élémentaires. Les chiens se généralisent facilement aux nouvelles versions des visages connus si des informations configurables sont présentes (niveaux de gris, visages flous), mais ont des problèmes avec les faces inversées et brouillées. La similitude avec le traitement des visages humains est encore plus frappante dans le cas de caractéristiques spécifiques du visage. Des données récentes de notre laboratoire suggèrent que les chiens partagent avec les bébés humains un schéma de préférences visuelles pour des caractéristiques compatibles avec l’œil humain (polarité de contraste local) qui peuvent représenter un outil perceptif fondamental pour la vie dans la société humaine. En conclusion, nous évaluerons de manière critique les résultats des différentes études et les discuterons à la lumière d’un large cadre comparatif nécessaire pour clarifier les origines évolutives et développementales de ces aptitudes chez le chien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*